La Néoptérine

Le Macrophage M1 est le bâtisseur de toutes les maladies
et la Néoptérine est son expression moléculaire spécifique

Le Monocyte circulant d’origine médullaire est tracté vers la lésion par les médiateurs de l’inflammation, chemokines (MCP-1), adhésines, intégrines.

Au cours de sa migration, le Monocyte mature en Macrophage M1 inflammatoire et histolytique qui, au niveau du site d’attrition tissulaire :

Mais si la séquence chronologiquement régulée, détersion-réparation, est perturbée, le Macrophage M1 amplifie la réaction inflammatoire, mobilise l’immunité spécifique générant une inflammation chronique qui fait le lit de toutes les maladies, du diabète à l’Alzheimer, en passant par la coronarite et l’insuffisance cardiaque.

Chez l’organisme sain, le Macrophage M1, appelé « patrouilleur », a une activité physiologique réduite à l’élimination des cellules sénescentes, apoptosées, nécrosées dont la persistance dans les tissus sains engendre maladie auto-immune, cancer et vieillissement.

Macrophage M1 et neopterine Le Macrophage M1 est représentatif de l’immunité innée dont la maîtrise est une condition essentielle à la longévité et à la santé à un âge avancé de la vie.

La Néoptérine en est le marqueur exclusif donc spécifique. Son taux urinaire physiologique exprimé en nanomoles par millimoles de creatinine est :

70 < Néoptérine urinaire < 130

PDF Exemple de résultat